Le sous sol et les bacs d'assainissement

Le sous sol et les bacs d'assainissement

N'étant pas reliés à un réseau de tout à l'égout, nous avons pour obligation d'avoir un système d'assainissement non collectif, souvent nommé par son acronyme ANC.

Si vous ne voyez pas encore de quoi il s'agit, c'est ce qu'on appelle traditionnellement une fosse septique.

Pour être encore plus clair, c'est un système dans lequel sont dirigées ce qu'on appelle les eaux grises (toutes les eaux sales évacuées de la maison comme l'eau de l'évier de la douche des wc etc...) afin de les filtrer, dans le but de rejeter dans la nature une eau propre.

Ma femme et moi n'étions pas très chauds pour une fosse septique traditionnelle, pour différentes raisons :

- le système prend une place conséquente et rend souvent une grosse partie du terrain inexploitable, notamment à cause des tranchées drainantes, nécessaires à l'infiltration de l'eau dans le sol.

- Il faut les vidanger régulièrement et penser à un contrat d'entretien.

- les systèmes font souvent appel à de l'énergie électrique pour ventiler la cuve

Nous avions entendu parler de l'existence de jardins d'assainissement et nous avons approfondis le sujet le jour où notre architecte nous conseilla une société spécialisée dans le domaine : Aquatiris

Le concept nous plut.

Je visitais tout de même 2 installations afin de mieux me rendre compte de ce système.

Une visite chez un ancien collègue, qui avait une maison vers 1300 m d'altitude avec un gîte accolé, m'a complètement convaincu. Son système avait été installé à une époque où le principe était relativement nouveau et à laquelle il fallait batailler ferme pour obtenir un accord de la société des eaux locale. Ça avait de la gueule, ça ne sentait rien aux abords, pas de moustiques non plus et il sortait en bout de bac une eau clair comme celle du robinet.

Une 2ème visite sur un système plus écent acheva de me convaincre.

C'était décidé, nous installerions ce système de phytoépuration.

 

Au départ sur notre PC, était prévu un mur de soutènement perpendiculaire à notre maison.

Je décidais d'y accoler les bacs d'assainissement.

 

Afin que cela me coûte moins cher, j'ai choisi une formule autoconstruction avec accompagnement. Le gars est donc venu m'expliquer le fonctionnement dans les grandes lignes et va me fournir le matériel pour les bacs, faire l'étanchéité et les plantations dans les bacs.

 

J'ai commencé mes bacs il y a une semaine.

J'ai d'abord loué une mini pelle pour remblayer aux abords du sous sol, avec la terre laissée par le terrassier dans ce but.

 

 

Avant le remblayage

Avant le remblayage

Installation de la mise à la terre pour l'électricité

Installation de la mise à la terre pour l'électricité

Installation des descentes d'eau pluviale et de regards pour les attentes en vue d'aménagement ultérieurs

Installation des descentes d'eau pluviale et de regards pour les attentes en vue d'aménagement ultérieurs

Après remblayage

Après remblayage

J'ai ensuite terrassé la partie où étaient prévus les bacs.

Un mot sur le terrassement :

J'ai eu l'occasion d'utiliser pas mal d'engins dans ma vie, et un petit peu des minipelles, suffisament pour savoir que je suis habile au maniement des engins. J'ai également pu observer pas mal la façon de travailler de vrais terrassiers dans mon ancien job, et comprendre l'intérêt notament de certaines manoeuvres et de certains positionnements pour une meilleure visibilité et gagner du temps.

J'étais donc parti sur la location d'une minipelle de 2-3 tonnes pour mes travaux. J'ai décidé d'en parler au terrassier qui terrassait pour ma maison, et ce fut une excellente idée. Il me conseilla d'office de louer une 5 tonnes minimum, car elle me donnerait plus d'allonge et me permettrait de déposer la terre plus loin donc de gagner du temps en n'ayant pas à la reprendre plusieurs fois pour aller plus loin. Pour lui, il estimait 2.5 jours de travail, j'ai donc décidé de louer 5 jours une 5 tonnes. J'ai bien fait car j'ai mis 4.5 jours par beau temps, et j'ai quand même du reprendre parfois la terre pour la déplacer, ce qui fait, effectivement, perdre un temps fou.

Tout ça pour dire que maitriser un outil ne fait pas maitriser un métier pour autant, et qu'il faut aller demander conseil à ceux dont c'est justement le métier.

J'ai fait une erreur importante au niveau du terrassement : je n'ai pas implanté précisément l'ouvrage sur la zone à terrasser. J'ai décidé de faire la plate forme au jugé puis d'implanter les murs et c'était une connerie. Je me suis retrouvé avec des talus au ras de l'ouvrage, donc très peu de place pour implanter avec des chaises, très peu de place pour creuser les fondations car j'avais déposé du matériel auprès, et très peu de place pour évacuer la terre. Un heureux concours de circonstances incita un ami à venir chercher de la terre avec une remorque, ce qui me facilita grandement la tâche, même pour le peu qu'il a pris au vu du volume que j'ai sorti.

 

implantation des fondations

implantation des fondations

Je reviens sur le sujet de l'implantation des fondations :

Je me suis un peu emmêlé les pieds quand je me suis occupé de l'implantation de mes murs, j'avais terrassé les talus trop près (il faut garder au moins un mètre entre l'ouvrage et le talus pour pouvoir tourner autour), je n'avais pas utilisé de chaises d'implantation au départ, ce qui fait qu'une fois les fondations creusées, nous avons dû réimplanter une seconde fois les murs, ce qui à occasionné une perte de temps et du stress, d'autant que le temps était à la pluie et que les nerfs commençaient à se tendre un peu.

Aussi, si vous voulez la démarche pour implanter un ouvrage, je vous colle le lien suivant, qui est désuet à souhait mais qui est super bien expliqué.

 

Les fondations une fois creusées

Les fondations une fois creusées

Ferraillage de l'armature de la semelle

Ferraillage de l'armature de la semelle

Les semelles un fois coulées

Les semelles un fois coulées

Au sujet des semelles, prenez large quand vous commandez du béton car une tranchée n'est jamais nette et vous aurez besoin de plus de béton que sur le papier.

Pour ma part, j'ai compté 5.35 m3, j'en ai commandé 6, notamment parce que la pluie battante commençait à ouvrir les tranchées, et tout y est passé pile poil.

 

Concernant le dimensionnement d'un mur de soutènements et son ferraillage :

C'est un sujet sur lequel il ne faut vraiment pas déconner car un mur de soutènement retient un poids considérable selon sa hauteur, il ne faut donc pas prendre ça à la légère.

Ayant accolé mes bacs à mon mur de soutènement, j'ai une structure complète qui est beaucoup plus résitante à la poussée de la terre. Cependant, j'ai tout de même dimensionné mes semelles côté terre comme s'il s'agissait d'un mur de soutènement droit.

A ce jour je n'ai pas commencé les blocs à bancher, mais j'ai deux fers verticaux de ø10mm tous les 17 cm. 2 fers de ø10mm horizontaux seront placés à chaque rangée de blocs à bancher. Les poteaux seronts doublés de 2 fers verticaux supplémentaires, et les barres horizontales seront liées entre elles dans les angles.

 

Pour le dimensionnement du mur de soutènement je me suis appuyé sur ça :

Retour à l'accueil