C'est une image que j'avais topé sur la toile, je ne sais pas à qui c'est attribué.

C'est une image que j'avais topé sur la toile, je ne sais pas à qui c'est attribué.

Je vous regarde, tous les deux, et je me dis que j’ai de la chance. De la chance que vous soyez déjà en bonne santé, parce que comme le disent si bien et à raison les anciens, la santé c’est important. J’ai de la chance de l’être moi aussi, en bonne santé, et d’être (relativement) équilibré de dedans et de dehors.

C’est vrai que ce qui me pousse à écrire est une forme de pessimisme de l’avenir, de la capacité de l’être humain à raisonner de façon collective, surtout dans les sociétés dites développées, où le confort matériel permet d’assurer une relative autonomie vis à vis de ses congénères.

Je crois à dire vrai, que le cap est déjà franchi depuis un moment concernant la métamorphose de notre climat, et que les ‘élites’ et autres ‘détenteurs’ d’un certain pouvoir sont plus occupés à préserver le confort qui maintient leurs miches au frais, qu’à s’attaquer à ce sujet.

Il est vrai que l’on peut considérer avec une certaine forme de cynisme qu’après tout, on parle de cycle du vivant et que ça inclut la naissance et la mort de toute espèce, et donc que de disparaître par l’effet d’un changement de climat ou d’une autre cause, le résultat sera le même, donc autant tenter de préserver nos petites vies dans leur confort quotidien jusqu’au bout.

Vous êtes encore trop petits pour avoir conscience de l’étendue de ce sujet et de ses ramifications, mais pour ce qui me concerne, je suis plutôt dans la tendance à essayer de faire ma part pour repousser l’échéance au maximum. J’admets que je suis encore petit dans ma contribution car je ne fais pas vraiment de compromis sur mon confort quotidien, en dehors du tri des déchets, de rationnaliser un peu mes trajets, et d’avoir investi une bonne part de mes revenus à rénover écologiquement notre maison. Mais voilà, j’estime que je fais ma part, et je fais mon possible pour que ça continue d’évoluer.

Quand j’entends parler d’écologie, j’en suis d’ailleurs à me demander à quel point en est arrivé le décalage entre la signification propre de ce terme et la signification qui lui est attribuée à des fins commerciales. Il suffit de lire une étiquette de produit estampillé « Bio » pour se demander ce qu’on inclut sous ce mot.

Je vois qu’en France les normes à vocation d’économie d’énergies qui ont été créées dans le bâti favorisent la dépendance énergétique au détriment de l’autonomie. Je vois EDF qui se targue de produire de l’électricité à partir d’énergies renouvelables et qui possède dans le même temps un des plus gros (voir LE plus gros) parc mondial de production électrique à base de charbon (donc le plus polluant). Je vois les produits alimentaires comportant des OGMs se voir attribuer le sigle « issu de l’agriculture biologique ». Je vois notre parc automobile aller vers une écologie à base d’électricité nucléaire et de produits chimiques pour batteries, sans qu’on aie seulement réfléchi au renouvellement des ces matières (en même temps, on a pas encore réfléchi au renouvellement du nucléaire, donc pourquoi mettre la charrue avant les bœufs). Je vois des sites d’enfouissements nucléaires en pleine mer, ou dans le sous sol des campagnes, là où il y a peu de gens, donc peu de poids si ça râle. Des sites de stockage de produits radioactifs qu’on ne sait traiter autrement que par confinement et « attente que ça passe ». Et je vois l’or noir qui coule et qui coule.

Et en voyant tout ça, en voyant que tout est lié à des puissances financières qui permettent à nos politiciens de se faire élire en finançant leurs campagnes électorales, j’ai parfois l’impression qu’il est vain de croire qu’en faisant mon petit bouiboui de mon côté, je vais avoir de l’impact sur les choses.

Peut être que le seul plaisir que je peux en tirer c’est que peut être ça les fait chier ces gens là, qu’on se mette en étoile au dessus de leur baignoire quand ils veulent absolument nous enfoncer dans le bain de leur merdier consumériste.

Et c’est peut être vrai qu’en plus d’avoir une intelligence lambda, je suis probablement et simplement un chieur de première. Ce serait bien la première fois que j’envisage ça sous l’angle d’une qualité.

C’est un court mais alors très court résumé de ce qui me rend pessimiste pour mon avenir et le vôtre, c’est peut être plein de mélanges et d’amalgames, mais c’est ainsi que je le vis.

Du coup, si je devais mettre votre éducation sous un signe quelconque, je serais bien en peine de savoir quoi et c’est ce que je m’efforce de chercher en tapant ces lignes.

Je crois que j’aimerai simplement que vous ayez confiance en vous, c’est ce qui m’a toujours manqué pour avancer plus facilement, pour ne pas perdre votre temps à considérer une erreur comme un échec mais pour savoir l’utiliser pour mieux progresser.

Je sais dors et déjà que ce monde dans lequel vous grandissez est différent de celui dans lequel j’ai grandi, j’imagine aussi que nous ne vivrons jamais dans le même monde, car nous n’avons pas les mêmes références pour l’interpréter.

J’espère simplement que la façon dont nous vous éduquons (du moins tentons de vous éduquer) votre maman et moi, vous permettra d’appréhender facilement ce monde en le respectant lui et ceux qui l’habitent.

C’est déjà un putain de gros programme.

Retour à l'accueil