Amis rénovateurs et trices, bonsoir.

Je reviens sur une des surprises que j'ai eu quand j'ai voulu faire une dalle au rez de chaussée. Au moins ne serait ce que cette fois, ça m'a même aidé finalement.

Pour les amateurs de blagues discutables, il y a un -essai de- jeu de mot à cheval sur les 2 dernières phrases. Comme je vous aide.

Mais là n'est pas le sujet, et revenons en à nos brebis égarées.

Après avoir démonté le plancher en bois et les poutres qui le portaient, je maniais hardiment la masse et la pioche pour décaisser le sol en dessous (le sous sol quoi) quand soudain, en arrivant vers le mur du fond ma pioche rebondit dans un son clair, me faisant vibrer douloureusement les poignets.

J'ai rapidement compris en nettoyant grossièrement avec une pelle que 5 cm de terre seulement couvraient une ancienne fondation de mur en pierre.

En partant de l'angle en haut à droite, on distingue une grosse pierre de fondation et la fondation elle même qui suit le mur du fond.

En partant de l'angle en haut à droite, on distingue une grosse pierre de fondation et la fondation elle même qui suit le mur du fond.

En fait les longrines sur lesquelles portaient les poutres qui elles mêmes soutenaient le plancher s'arrêtaient en quasi butée sur l'ancienne fondation, et le mur du fond fini était en retrait de cette fondation. En fait je pense qu'un mur en pierre à été démoli, puis qu'un mur en parpaing à été reconstruit à la place. Mais le mur de parpaing (20cm de large) à été monté à l'aplomb du côté extérieur de la fondation (50-60 cm de large)

J'ai eu la bonne idée de desceller une des pierres pour m'assurer que c'était une fondation. J'ai pris celle qui me semblait pas trop enchâssée dans le mur et le lendemain au réveil j'ai eu une deuxième surprise.

Toujours dans l'angle en haut à droite. Dans l'alignement de l'angle et du piquet au centre de la photo.

Toujours dans l'angle en haut à droite. Dans l'alignement de l'angle et du piquet au centre de la photo.

Ça faisait 3 jours qu'il pleuvait des trombes d'eau, et je me suis retrouvé avec une mare de flotte sur 1,5 m2, la pierre que j'avais descellé a manifestement eu un rôle dans cette histoire. Le sol était boueux sur 10 cm d'épaisseur.

De l'autre côté du mur c'est la mitoyenneté, donc impossible de poser un drain à l'extérieur dans l'immédiat.

J'ai eu la chance que le maçon qui avait fait le plancher (oui c'était un maçon Italien) avait posé des drains à l'intérieur dans sa dalle. Le maçon en question est aujourd'hui un papi de plus de 85 ans qui habite en bas de ma rue, et dont j'ai appris l'existence par ma voisine en lui racontant mes découvertes.

Il n'était plus tout là, mais il m'a clairement expliqué comment était fait le plancher de ma maison et m'a dit que 2 drains étaient posés, deux drains menant vers les eaux pluviales.

Donc une sacrée chance dans la malchance car j'ai pu ainsi installer un drainage dans mon hérisson à l'intérieur de la maison.

Le problème de la piscine spontanée réglé, j'ai constitué un hérisson qui s'arrêtait en dessous du niveau de cette fondation.

DU coup pour garder au mieux une continuité dans mon isolation du sol, j'ai fait une remontée contre la fondation avec de l'isolant (liège, le type d'isolant pas la ville, qui n'en fournit pas plus qu'ailleurs d'ailleurs).

la fondation commence derrière la cloison et termine contre la remontée d'isolant.

la fondation commence derrière la cloison et termine contre la remontée d'isolant.

J'ai ensuite coulé ma dalle, fait une arase propre sur la fondation qui était irrégulière pour poser dessus une plaque d'isolant afin d'établir une continuité. En gros mon isolant faisait une marche sur cette fondation.

La fondation

La fondation

Au fond la remonté d'isolant et derrière l'arase faite sur la fondation.

Au fond la remonté d'isolant et derrière l'arase faite sur la fondation.

On distingue bien le mur monté sur la partie extérieur de la fondation

On distingue bien le mur monté sur la partie extérieur de la fondation

Comme je ne pouvais pas passer par la dalle pour mettre les gaines électrique (j'ai fait une dalle partielle, la cuisine étant déjà faite, et j'ai démonté les cloisons après coup), j'ai réalisé que je pouvais accentuer la marche afin d'y noyer toutes mes gaines électriques et qu'elles remontent directement dans mon compteur électrique, prévu sur cette même marche.

En conséquence, j'ai fait en sorte que la largeur de ma marche puisse me permettre après avoir fait un doublage du mur, d'installer un compteur électrique dans la largeur.

La norme me demandait 60 cm de largeur pour un compteur avec 2 tableaux côte à côte avec 2 parties cloisonnées, me permettant de séparer courants forts et courants faibles.

En photos :

Les gaines électrique arrivant sur la marche, de gauche et de droite.

Les gaines électrique arrivant sur la marche, de gauche et de droite.

la marche coffrée et coulée. Les gaines électriques sont coulées dedans.

la marche coffrée et coulée. Les gaines électriques sont coulées dedans.

Les attentes remontent au pied de l'emplacement futur du compteur électrique.

Les attentes remontent au pied de l'emplacement futur du compteur électrique.

le compteur après avoir fait le doublage du mur en parpaing.

le compteur après avoir fait le doublage du mur en parpaing.

apprenti électricien sous surveillance du boss.

apprenti électricien sous surveillance du boss.

La P***** de fondation du mur du fond.

Comme quoi au final une grosse galère au départ peut devenir un atout !

Au final c'est un peu comme si j'étais passé dans la dalle.

Je pense que passer par la dalle reste la meilleure solution en terme pratique et en terme de ponts thermiques.

Retour à l'accueil